*Tremblay-Hébert, S. et Lanctôt, N. (2016). Les adolescentes placées en centre de réadaptation : regard sur l’instabilité à travers l’étude de leurs parcours de placements. Revue de Psychoéducation, 45(1), 63-86.

Les adolescentes placées en centre de réadaptation : regard sur l’instabilité à travers l’étude de leurs parcours de placements.
2016

L’instabilité des parcours de placements est surtout étudiée selon le décompte du nombre de placements cumulé par un enfant sur une période donnée. À ce jour, peu d’études ont tenté de comprendre ce problème dans son ensemble, c’est-à-dire de manière contextualisée (Usher, Randolph et Gogan, 1999; Wulczyn, Kogan et Harden, 2003). Cette étude vise précisément cet objectif, soit d’étudier les parcours de placements dans leur entièreté, c’est-à-dire avec leurs multiples caractéristiques. Sachant qu’elles sont davantage à risque d’instabilité, la clientèle féminine est mise sous la loupe. À l’aide d’un échantillon de 315 adolescentes hébergées en centres jeunesse, l’approche centrée sur la personne a permis l’identification de trois parcours de placements au moyen d’analyses de classes latentes : un parcours stable, un parcours d’instabilité relationnelle ainsi qu’un parcours d’instabilité physique. Si une grande majorité des adolescentes (80,65 %) se retrouve dans un parcours relativement stable, un cinquième d’entre elles se retrouve dans un parcours instable, que ce soit au niveau relationnel (13 %) ou sur le plan davantage physique (6,37 %). Cette étude apporte un éclairage nouveau en abordant l’instabilité en placement comme un phénomène multiforme. Il ne s’agit plus de l’instabilité, mais de différentes instabilités qui renvoient à de multiples caractéristiques du parcours de placements. Cette subdivision oriente une discussion sur les implications cliniques, notamment en regard du projet de vie.


Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.