Utilisation du modèle Prevent-Teach-Reinforce pour soutenir les enseignants d’enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme et présentant des comportements problématiques

Chercheure principale : Malena Argumedes
Dates : juillet 2017 - juin 2018
Organisme subventionnaire : Université de Sherbrooke, CRHS institutionnel

Les élèves qui ont un trouble du spectre de l’autisme (TSA) émettent fréquemment des comportements problématiques tels que de l’agression, la destruction de biens, les comportements stéréotypés ou les crises de colère. La présence de tels comportements a des effets néfastes sur l’engagement scolaire et la socialisation de ces élèves mais, aussi, sur le sentiment de compétence personnelle de leurs enseignants. En effet, les comportements problématiques constituent de véritables défis de gestion dans une classe et sont des stresseurs importants qui peuvent progressivement, mener à un sentiment d’épuisement professionnel. Pour diminuer les comportements problématiques en milieu scolaire des enfants qui ont un TSA, un consensus existe dans la communauté scientifique quant à l’emploi d’interventions comportementales basées sur la fonction du comportement. Il est toutefois difficile pour des enseignants de mettre en place de telles interventions alors qu’ils ne sont pas spécialisés en approches d’intervention comportementales. Une solution prometteuse serait l’implantation du modèle Prevent-Teach-Reinforce (MPTR) en milieu scolaire qui a été conçu spécifiquement pour accompagner des intervenants non-spécialistes en approches comportementales dans la mise en œuvre de stratégies basées sur la fonction du comportement problématique. Dans ce modèle, un coach spécialisé en approches comportementales accompagne les enseignants à raison d’une rencontre par semaine pendant douze semaines dans l’évaluation fonctionnelle des comportements-problèmes, le choix de stratégies d’interventions et leur utilisation directement avec l’enfant. Ce modèle d’intervention basé sur le soutien au comportement positif, a été évalué comme efficace auprès d’enfants ayant un TSA, mais à l’aide de devis expérimentaux à cas uniques et auprès de très peu d’enfants, ce qui questionne la validité interne des résultats et limite leur potentiel de généralisation. S’il est important de vérifier l’efficacité du MPTR à plus grande échelle, il importe aussi d’explorer les effets indirects potentiels de ce modèle d’intervention sur le sentiment de compétence personnelle et les sentiments d’épuisement des enseignants. À ces fins, le présent projet emploiera un devis quasi-expérimental avec liste d’attente afin de déterminer si le MPTR permet de diminuer les comportements problématiques des élèves, augmenter leurs comportements adaptatifs et augmenter leur temps d’engagement à la tâche. De plus, ce projet déterminera si les enseignants sont en mesure d’implanter les interventions prévues par le MPTR avec fidélité. Finalement, ce projet explorera si la diminution des comportements problématiques est corrélée au sentiment de compétence personnelle des enseignants et au sentiment d’épuisement professionnel suite à l’implantation du MPTR. Un total de 32 dyades enseignant-enfant participeront à ce projet de recherche, sur deux ans. Le projet porte une attention particulière à la fidélité d’implantation du MPTR par les enseignants et à sa validité écologique en milieu scolaire.

Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.