Réduire les comportements agressifs… par le hockey !

Juillet 2021

Ce texte fut rédigé dans le cadre du Concours de vulgarisation scientifique 2021 de l’Université de Sherbrooke.

Auteure : Sophie Labossière

______

Une chance inégale 

La plupart des adolescents ont pu compter sur des parents qui ont répondu à leurs besoins et qui leur ont permis de se sentir aimés. Toutefois, plusieurs jeunes des Centres jeunesse du Québec n’ont pas eu notre chance. 

Effectivement, leur enfance est fréquemment parsemée d’évènements traumatiques (violence, négligence). Peu ont vécu une relation d’attachement positive avec leurs parents leur permettant d’apprendre à s’exprimer par des mots plutôt que par les poings.  

Réadaptation par le sport : la recette à privilégier 

Pour aider les jeunes hommes dans un centre jeunesse du Québec à diminuer leurs comportements agressifs, un programme de réadaptation par le hockey a été implanté. 

Plusieurs études ont évalué l’efficacité de semblables programmes. En général, les participants auraient développé leur empathie, un meilleur contrôle d’eux-mêmes et des pensées positives envers leur avenir.   

Mais pour y parvenir, les éducateurs doivent mettre les mains à la pâte. Laisser place au plaisir et à la complicité, valoriser les bons comportements et reconnaître les qualités des jeunes sont tous des ingrédients essentiels à la recette d’une réadaptation efficace.  

Alors que les ingrédients actifs sont identifiés, le processus par lequel ils sont digérés par chacun des jeunes est encore sous-étudié. Qu’est-ce qui explique que se faire dire ses qualités permet de diminuer ses comportements agressifs ? Quel est donc leur processus de changement psychologique respectif ? 

Pour obtenir des réponses, des chercheurs québécois (Rioux et collaborateurs) se sont intéressés aux cheminements de cinq jeunes hommes (13-19 ans) en centre jeunesse, ayant participé au programme de réadaptation par le hockey. Pour y parvenir, ils ont interrogé ces cinq jeunes sur les changements psychologiques qu’ils ont vécus pendant leur participation au programme et les moments clés qui ont mené à ces changements.  

Le hockey, pour changer ses perceptions 

Comme les lames des patins sur la glace, les expériences vécues lors du programme ont laissé des traces chez chacun des participants, les amenant à remettre en question leurs comportements agressifs. D’ailleurs, ce sont les expériences surprenantes et inhabituelles à leurs yeux qui ont mené aux principaux changements psychologiques.  

Pour un jeune, les sourires de l’entraîneur-éducateur et les passes reçues du meilleur joueur lui ont permis de sentir qu’il existe et qu’il est digne d’être apprécié. Vivre des relations harmonieuses lui a aussi fait réaliser qu’il peut entrer en relation sans créer de conflits.   

Les expériences et la souffrance des autres jeunes ont permis au second participant de reconnaître les siennes et d’aller chercher le soutien du groupe. De plus, les entraîneurs-éducateurs lui ont fait réaliser qu’il a des qualités et qu’ainsi, il n’est pas défini par sa délinquance passée.  

La camaraderie entre les entraîneurs-éducateurs a amené le troisième participant à espérer vivre une telle relation d’amitié. Aussi, il a été surpris par leur bienveillance, lui permettant d’expérimenter un modèle d’autorité engagé : « Sérieusement, depuis que je suis ici, eh bien, ils m’encouragent, ils n’ont rien dit d’insultant ou quoi que ce soit d’autre. ». Les entraîneurs-éducateurs, agissant comme des modèles positifs, ont amené le quatrième participant à réfléchir à son désir de grandir.  

Finalement, le cinquième jeune a pu s’entraîner à gérer ses émotions : « Parfois tu ne scores pas et ça te fâche. » « Une activité de hockey est là pour essayer de t’aider à trouver des solutions ! ».  

Une seconde chance 

Ainsi, ces cinq jeunes ont été marqués différemment par le programme. C’est la signification qu’ils attribuent à leurs expériences qui a entraîné leur volonté de diminuer leurs comportements agressifs.   

Dans ce processus, la relation avec les éducateurs-entraîneurs était essentielle ; comme celle entre un parent et son enfant pour l’aider à réguler ses émotions. Des années plus tard, ces jeunes ont pu évoluer grâce au contact d’adultes de confiance prévenants.  

Finalement, eux aussi ont eu une chance semblable à celle de la plupart des adolescents, du moins le temps d’un programme de réadaptation par le hockey ! 

 

 

Référence de l’article scientifique sur lequel porte ce texte de vulgarisation :

Rioux, M.-A., Laurier, C., Terradas, M.M., Carrier, M. et Labonté, M. (2020). Rehabilitation intervention in an ice hockey context: What changes under the helmet. Children and Youth Services Review, 118, 1–14. https://doi.org/10.1016/j.childyouth.2020.105351

Prochain article

Le côté sombre de la mise sous garde pour les adolescents contrevenants : leur expérience

Lire cette actualité