Annie Jaimes

Professeure adjointe, département de psychoéducation, Université de Sherbrooke

Membre régulier

Formation
  • (2021) Postdoctorat (Psychologie). York University.
  • (2019) Doctorat (Psychologie). Université du Québec à Montréal.
  • (2005) Maîtrise (Anthropologie). McGill University.
  • (1998) Baccalauréat (Psychologie). McGill University.
Biographie

Issue d’une famille aux racines mixtes, je suis depuis longtemps fascinée par l’interaction complexe entre les jeunes et leurs milieux, et par les façons dont l’humain fait face à l’adversité, sur les plans singulier et collectif. Je me suis ainsi tournée vers l’anthropologie avant d’entreprendre mon doctorat en psychologie. Dans le cadre de ma thèse, je me suis penchée sur les processus de résilience dans le contexte humanitaire à la suite du séisme de 2010 en Haïti, où j’ai mené ma recherche doctorale. À partir des récits de professionnelles et de professionnels de Port-au-Prince et de leur double expérience de personnes à la fois survivantes et soignantes, j’ai examiné les enjeux des interventions en contexte post-catastrophe et post-colonial. Les questions du deuil et du trauma, de la transmission traumatique et de la croissance post-traumatique m’ont interpellée, tout comme celles des stratégies individuelles et collectives face à l’adversité. Mes expériences de recherche en psychiatrie transculturelle, mon travail clinique auprès de jeunes migrants, ainsi que mon postdoctorat au Center for Refugee Studies  (York University) ont solidifié mon souhait de développer des recherches près du terrain, dans une perspective de changement social auprès des jeunes et de leurs familles issues de la diversité.

Mes travaux actuels s’inscrivent dans une perspective écosystémique, misant sur des approches participatives et émancipatrices avec les jeunes, les familles, les intervenantes et intervenants. Mes intérêts s’articulent autour de trois thèmes principaux : 1) le bien-être et l’adaptation des jeunes issus de minorités, migrants et réfugiés; 2) les adaptations culturelles et structurelles des interventions scolaires, psychosociales et en matière de soins de santé mentale; 3) les besoins des intervenantes et des intervenants travaillant auprès de ces jeunes et de leurs familles. Ces thèmes rejoignent les axes 1 et 3 du GRISE.

Voir l'équipe