Au coeur du GRISE – un entretien avec Geneviève Paquette

Mars 2022

Chaque mois, nous vous proposons une incursion au coeur du Groupe de recherche et d’intervention sur les adaptations sociales de l’enfance (GRISE), par le biais d’un entretien avec un de nos membres chercheurs. Ce mois-ci, nous avons discuté avec Geneviève Paquette, qui est professeure titulaire au département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke et directrice scientifique du GRISE.

De la pratique auprès d’adolescentes avec troubles de comportements à la recherche sur la violence subie

Psychoéducatrice de formation, Geneviève a débuté sa carrière professionnelle en intervenant auprès de jeunes en difficulté, principalement des adolescentes hébergées en unité d’encadrement intensif en centre jeunesse. Ces premières expériences professionnelles ont bouleversé certaines idées préconçues : la majorité des adolescentes en difficulté avec lesquelles elle travaillait était placée pour des troubles de comportements, mais dont les dits comportements étaient dangereux pour elles-mêmes (p. ex., fugues et automutilation). De plus, celles-ci avaient toutes en commun d’avoir vécu beaucoup de violences dans leur vie et particulièrement, des agressions sexuelles.

« À l’époque, on ne savait pas trop quoi faire avec cette problématique-là. Certains intervenants disaient : il ne faut pas en parler, ça ne sert à rien, vaut mieux travailler sur le comportement, sur l’adaptation actuelle. D’autres disaient non, c’est important d’en parler, mais comment en parler? ».

Considérant le manque de connaissances quant à cette problématique, et pour mieux soutenir les professionnels et professionnelles dans leurs interventions auprès de ces adolescentes en difficulté, Geneviève a entrepris un retour aux études et a complété sa thèse de doctorat portant sur les adolescentes présentant des troubles de comportement et sur l’évaluation d’une intervention de groupe adressée à des adolescentes ayant subi une agression sexuelle. Il s’en est suivi une carrière en recherche ayant pour thème la violence subie et son influence sur le parcours de vie. Aujourd’hui, elle porte aussi le chapeau de directrice scientifique du GRISE.

Mettre un frein à la violence faite aux personnes les plus vulnérables

Ce qui la stimule et l’anime depuis le début de son parcours de chercheuse, c’est de contribuer à mettre fin à la violence faite aux personnes les plus vulnérables : les enfants présentant une déficience intellectuelle, les filles, les femmes, les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre. « Tous mes travaux portent sur la violence subie, son influence sur les parcours de vie, pour tenter d’aider les intervenants et intervenantes à bien intervenir auprès des personnes qui ont vécu de la violence. Puis idéalement de la prévenir, aussi ».

Geneviève discute de la maltraitance envers les enfants présentant une déficience intellectuelle dans cet épisode d’Adaptation, le balado du GRISE :

 

ÉCOUTER L’ÉPISODE COMPLET ICI

Au travers de ses projets actuels, elle documente les conséquences ainsi que les facteurs associés à la violence sexuelle subie par la population étudiante, dont les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre ainsi que de la maltraitance envers les enfants présentant une déficience intellectuelle. Elle documente également les services reçus et réfléchi aux pratiques d’intervention à privilégier auprès de ces personnes ayant subi de la violence. Enfin, récemment, elle a terminé un projet auprès de jeunes mères ayant été desservies en protection de la jeunesse où elle visait à mieux comprendre comment les conséquences des mauvais traitements subies exercent une influence sur leur vie actuelle, comme jeunes mères. « Je pourrais faire un panorama de plusieurs projets, mais ils se regroupent tous autour de la violence subie par des populations qui sont particulièrement visés par cette violence là ».

Visiter le profil de Geneviève Paquette

Propos mis en texte par Anne-Marie Ducharme, étudiante au doctorat en psychoéducation et membre étudiante du GRISE.
Prochain article

Jeanne Boyer, récipiendaire du prix de reconnaissance pour l’engagement étudiant dans la vie scientifique du GRISE

Lire cette actualité