L’utilisation du modèle Prevent-Teach-Reinforce pour soutenir les enseignants d’enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) et présentant des comportements problématiques

Chercheur.e principal.e :

État du projet :

Dates :

juin 2019 - mai 2024

Résumé :

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) sont caractérisés par des déficits au niveau de la communication sociale et la présence d’intérêts restreints et de comportements stéréotypés entraînant des dysfonctionnements sociaux, scolaires ou professionnels (APA, 2013). Les enfants qui ont un TSA ou une déficience intellectuelle (DI) ont souvent des comportements problématiques, définis comme des actions préjudiciables à l’enfant lui-même ou à son environnement (Tassé et al., 2010). Les comportements d’agression (envers soi-même et autrui), la destruction de biens, les crises de colère et certains comportements stéréotypés en sont des exemples communs (Murphy et al., 2009) : environ 30 % ont des comportements agressifs et d’automutilation (Emerson et al., 2010) et de 40 à 95 % ont des comportements d’autostimulation (ou stéréotypies) qui interfèrent avec les apprentissages (Goldman et al., 2009) et affectent sérieusement l’engagement dans les tâches scolaires (Reichow & Barton, 2014). Devant de tels comportements, les enseignants cumulent un stress important pouvant les mener à l’épuisement professionnel, ce qui les rend moins aptes à intervenir en présence de comportements problématiques (Martin et al., 2012). Il est donc essentiel d’outiller les enseignants à mieux faire face à ces comportements. Les interventions comportementales positives basées sur la fonction du comportement (la raison pour laquelle le comportement est émis) sont recommandées pour diminuer les comportements problématiques des enfants ayant un TSA ou une DI (Camacho et al., 2014). Or, ces interventions sont difficiles à implanter par des enseignants ou des intervenants non qualifiés en analyse appliquée du comportement (Lanovaz et al., 2013) qui doivent bâtir des interventions complexes et en évaluer les effets. Récemment, le modèle Prevent-Teach-Reinforce (MPTR, Dunlap et al., 2010) a été conçu pour permettre à des enseignants non spécialisés en approches comportementales d’agir sur les comportements problématiques des élèves. Le projet proposé est basé sur l’hypothèse que le MPTR peut être implanté fidèlement par des enseignants spécialisés d’élèves ayant un TSA ou une DI, qu’il est efficace pour améliorer les comportements problématiques de ces élèves et, indirectement, les sentiments de compétence et d’épuisement des enseignants.   Objectifs : Le présent projet de recherche poursuit quatre objectifs : 1) établir en contexte scolaire spécialisé les effets du MPTR sur les comportements problématiques, les comportements sociaux positifs et le temps d’engagement scolaire d’élèves ayant un TSA ou une DI ; 2) établir si les acquis comportementaux des enfants se maintiennent au follow-up (3 mois plus tard); 3) déterminer jusqu’à quel point les enseignants implantent le programme de manière fidèle; et 4) explorer les effets indirects potentiels de la diminution des comportements problématiques sur le sentiment de compétence et le sentiment d’épuisement professionnel des enseignants.

Organisme.s subventionnaire.s :

Fonds de recherche du Québec – Société et Culture (FRQSC) - Soutien Relève professorale
Axe 2:
Modifier les parcours développementaux et les trajectoires des enfants présentant des difficultés en raison de caractéristiques personnelles ou environnementales.