Mélanie Lapalme

Responsable de l’axe 2 du GRISE et Professeure agrégée, département de psychoéducation, Université de Sherbrooke

Membre régulier

Formation
  • (2018) Microprogramme de 3e cycle (Pédagogie de l'enseignement supérieur). Université de Sherbrooke.
  • (2009) Postdoctorat (Psychologie). Université du Québec à Trois-Rivières.
  • (2007) Doctorat (Éducation). Université de Sherbrooke.
  • (2001) Maîtrise avec mémoire (Psychoéducation). Université de Sherbrooke.
  • (1999) Baccalauréat (Psychoéducation). Université de Sherbrooke.
Biographie

Avant même de commencer mes études en psychoéducation au baccalauréat à l’Université de Sherbrooke, j’étais vraiment intéressée à mieux comprendre les enfants et les adolescents qui présentaient des problèmes de comportement. Je trouvais, au-delà de leurs difficultés, qu’ils avaient une belle énergie et j’appréciais écouter leur façon de voir les choses. Je pense que c’est ma grande curiosité, mon intérêt envers les gens et mon désir de toujours en apprendre davantage qui m’a orienté vers une carrière de professeure-chercheuse. Rapidement, au cours de ma formation initiale, j’ai su que j’allais poursuivre mes études à la maitrise et au doctorat en recherche. Je me suis d’abord intéressée aux services offerts aux parents d’enfants desservis par les centres jeunesse pour finalement centrer mes études sur l’amélioration de la compréhension des troubles du comportement et les facteurs de risques personnels, familiaux et environnementaux associés. J’ai aussi fait un stage postdoctoral sur les troubles mentaux graves et la violence au Centre de recherche de l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel.

Plus récemment, adoptant une approche psychoéducative de la problématique des troubles du comportement et soucieuse de maintenir des collaborations réciproques avec les milieux de pratique, ma programmation de recherche se centre davantage sur le dépistage précoce et l’évolution des difficultés comportementales (incluant le développement d’autres troubles en cooccurrence dont les troubles de la personnalité) de l’enfance jusqu’au début de l’âge adulte ainsi que sur les facteurs de protection (incluant les services reçus) ayant le potentiel de favoriser une meilleure adaptation de ces jeunes en dépit des risques auxquels ils sont confrontés. En parallèle, je m’intéresse au développement et la validation de mesures utiles tant pour les praticiennes et praticiens que pour les chercheuses et les chercheurs. Ainsi, mes travaux touchent principalement les Axes 1 et 2 du GRISE. En tant que membre et directrice de l’équipe de recherche financée par le FRQSC portant sur les troubles de comportement, la santé mentale et l’adaptation sociale des jeunes selon le sexe/le genre, je porte systématiquement attention aux différences de sexe/de genre dans tous mes travaux.

Voir l'équipe